Omnivore World Tour 2014 : audace, curiosité et esprit rebel

Hier se terminait le Omnivore World Tour à Montréal, on vous partage ici quelques-uns des meilleurs moments de ce fabuleux week-end de découvertes culinaires !

Miss Cloudy Omnivore world tour montreal sat

Pour cette 3e édition, le festival 100 % jeune cuisine s’installe à la Société des arts technologiques [SAT]. On a eu la chance d’assister à deux des principales activités que propose le festival soit : des démos culinaires hallucinantes sous le dôme de la SAT et un des 6 Maudits Soupers à l’Hôtel Herman.

Petites bouchées de baba au rhum

Petites bouchées de baba au rhum

Remy à la crème : cointreau flambé et petit marshmallow !

Remy à la crème : cointreau flambé et petit marshmallow !

Démo culinaire @ SAT

En deux jours de démo culinaires, les fans de bouffes et les curieux du « comment on fait » et « d’ou ça vient » en ont eu pleins les mirettes !

La jeune cuisine ce n’est pas que des chefs ce sont aussi des cultivateurs, des agriculteurs et des producteurs passionnés de jeunes ingrédients et du respect des aliments. 

Nous avons retenu de ces démos : les associations de la charcuterie et du monde de la pâtisserie avec les quenelles de mousse de fois de volaille du pâtissier Patrice Demers

 

« Un local sans identité c’est un outre-mer »

 

Société Orignal, nous donné larme à l’oeil en nous parlant de redécouvrir la diversité de notre patrimoine culinaire en partant à la recherche de la cuisine de nos grands-mères et des premières nations. Alexandre Cruz et Cyril Gonzales, par leur audace, leur curiosité et leur ouverture d’esprit, envoient un message positif dans toute la salle qui fait du bien !

 

Enfin, l’humour du chef Hugue Dufour du M.Wells Dinette/Steakhouse de New York nous a fait rire aux éclats avec la préparation de sa fameuse Truite au bleu à assommer vivante avec une buche… moyenne ! 

1. Pommes de terre, oignons, terre et gazon sauvage

1. Pommes de terre, oignons, terre et gazon sauvage

Les Maudits Soupers @ l’Hôtel Herman

Marc-Alexandre Mercier reçoit dans sa cuisine, Justin Cournoyer le chef torontois du restaurant Actinolite.

Justin Cournoyer cuisine « le paysage » en connectant la terre et les aliments. 

L’audace dans les associations de goûts nous fait franchement sortir des sentiers battus pour mettre les mains dans la terre. Tout d’abord, avec une entrée de jeunes carottes crues, patates et oignons cuits associés d’un beurre infusé à la terre à déguster avec les doigts ! Ce premier plat annonçait la couleur pour la suite !

3. Maquereau, chou, babeurre et surreau

3. Maquereau, chou, babeurre et surreau

Le maquereau accompagné de choux braisés et de baie de surreau était une bonne surprise pour quelqu’un qui ne porte pas le maquereau dans son coeur ! Les baies de surreau apportaient un petit sucré/acidulé étonnant.

4. Canard, orge perlée et girolles

4. Canard, orge perlée et girolles

5. Chocolat blanc, miel, lavande

5. Chocolat blanc, miel, lavande

Les deux desserts étaient juste le clou du spectacle avec une mousse au chocolat blanc accompagné de miel, de crumble et de lavande séchée.

 

Et de loin le plat le plus audacieux que j’ai mangé dans ma vie : une glace au maïs parsemée de coriandre, accompagnée de maïs grillés, de bleuets (directement cueillie du jardin de Justin Cournoyer) et de girolles caramélisées en bonbons complètement folles ! Dans ce dernier dessert, la forêt s’invite à votre table d’une façon plus qu’étonnante !

5. Maïs, bleuets, girolles

5. Maïs, bleuets, girolles

À la fin du repas, notre esprit vagabonde devant un champ de possibilités qu’offrent les aliments et les associations de goûts. Je salue le travail du chef Justin Cournoyer pour son ouverture d’esprit, par une cuisine sans barrière qui nous sort de notre zone de confort. On goute, on voyage et on découvre de nouveaux goûts pour en ressortir inspirer et plus riche de quelques saveurs !

 

Merci au festival Omnivore de nous faire voyager les papilles tout en restant à Montréal et de nous faire découvrir les talents de la jeune cuisine locale et internationale. J’aimerais déjà être à l’an prochain !